Contexte

On ne choisit ni où l’on vient au monde, ni quand ni comment.

Il est de notre devoir à nous les adultes de prendre soin des nouveaux êtres vivants, de veiller sur eux, de les protéger et de leur transmettre des connaissances et des conseils précieux afin qu’ils puissent être, un jour, autonomes.

Abus

Je ne suis pas la seule personne au monde dont on ait abusé. Je me suis défendu au prix de traumatismes psychiques et émotionnels.

La confiance en soi

J’avais perdu toute confiance en quiconque. Mes perspectives d’avenir étaient aussi obscures qu’une tempête sur les îles Britanniques. En dépit d’une immense pression psychique, je me suis dit que « la vie devait continuer ».

À force de travail assidu et de discipline, j’ai pu surmonter mes souffrances psychiques, ma colère et mon manque de formation scolaire. Mais le temps d’école perdu m’a souvent rattrapé et m’a presque été fatal.

Responsabilité

La responsabilité m’a donné de l’énergie, ouvrant à mes enfants la voie vers un avenir radieux. Mes trois enfants ont grandi sous cette responsabilité et sont devenus de bons citoyens sur cette planète. Un jour, ils remarquèrent que mon « éducation de base » était médiocre. Ce fut comme un coup de poignard qui m’aurait transpercé le cœur.

« Mon passé m’avait rattrapé ».

La volonté de faire quelque chose

C’est alors que je décidai de transformer mon expérience en quelque chose de positif. Quelque chose qui puisse transmettre tôt des connaissances aux enfants pour les préparer activement à leur vie future. Il y a six ans, j’ai trouvé le courage de démarrer un projet que j’ai baptisé « Nutty ». Le chemin est difficile, il s’est passé beaucoup de choses, mais je progresse.

Obstacles

Quand mon œuvre a commencé à prendre forme et que l’ai présenté à plusieurs personnes, mon passé est réapparu. Une dame ayant 40 ans d’expérience pédagogique m’a insulté en me reprochant de ne pas avoir le droit de créer un projet éducatif. « Vous êtes à peine allé à l’école ». Elle ferait en sorte que le projet n’aboutisse pas. Une enseignante d’école enfantine m’a fait la leçon pendant une heure, arguant qu’elle était diplômée en master et que dans son école, les enfants (4 à 6 ans) faisaient déjà de l’algèbre.

Le monde est-il bon ?

Je travaille aujourd’hui encore dans l’hôtellerie et la restauration, et j’investis mes revenus dans ce projet. Un jour, durant ma pause dans un café sur la Paradeplatz à Zurich, alors que j’étais plongé dans mes pensées, je fus tiré de mes réflexions par un monsieur qui me demandait si j’avais des soucis. Je lui répondis : « Pas exactement, mais j’aurais bien besoin de 100 000 francs pour mon projet ». Il me regarda et me dit : « Il m’arrive de dépenser 100 000 francs en une seule soirée ». Il sortit son chéquier. Quelques secondes passèrent et il me demanda : « De quel projet s’agit-il ? » De manière avenante et joyeuse, je lui expliquai fièrement ce que je faisais. Son visage se figea et devint dur comme la pierre. Il répondit : « Non, personne ne me gâche mon business. Je me moque que les gens s’entretuent du moment que cela ne se passe pas devant chez moi. Avec mon business, je fais des millions. » Il lança un billet de 20 francs sur la table et quitta le café. Un couple d’un certain âge secoua la tête et s’excusa pour le comportement de cet homme.

Les choses avancent

En voyageant, j’ai vu la réalité aux quatre coins du monde, notamment dans les pays africains et sud-américains. Nous sommes encore en plein chaos. Pas étonnant, puisque nous l’entretenons. Citation de Nelson Mandela : « L’éducation est l’arme la plus puissante qu’on puisse utiliser pour changer le monde. » Cette citation est la raison qui fait que je suis plus que jamais décidé à ne pas abandonner. Ma détermination commence enfin à porter ses fruits. Petit à petit, les supports éducatifs proposés par Chuna sont acceptés et utilisés dans différents jardins d’enfants.

Soutien

Peut-être voyez-vous dans mon projet un élément d’avenir que vous cherchez vous-même. Vous avez ici la possibilité de faire quelque chose de bien qui profitera aux générations futures. D’élaborer une nouvelle façon de penser qui permette d’offrir à nos enfants et à nos petits-enfants un avenir radieux.

Si vous souhaitez m’apporter votre soutien ainsi qu’à l’équipe de Chuna, n’hésitez pas à contacter felix.koepfli@chuna.ch